« La Ratatouille », un spectacle de danse attendu ce soir à Lomé avec la Compagnie Woenyo

Ce jeudi 03 novembre, à partir de 18h30, le Goethe Institut de Lomé accueille un spectacle de danse dénommé  » La Ratatouille « , fruit d’un stage international de danse africaine commencé le 24 octobre dernier dans la capitale togolaise. Animé par le chorégraphe Togolais Kikan Ayigah de la Compagnie Woenyo, résidant en France, ce stage qui se tient du 24 octobre au 03 novembre 2011 accueille également cinq danseuses françaises venues de la France pour découvrir, échanger et partager leurs expériences avec leurs homologues du Togo.

Selon le chorégraphe Kikan Ayigah,  » La Ratatouille  » est le fruit d’un stage de danse africaine conçu à base d’un mélange de tradition et de modernité. En d’autres termes, il s’agit de la rencontre entre la danse traditionnelle et la danse contemporaine qui réunit des stagiaires français et togolais. Organisé par la Compagnie Woenyo en collaboration avec les compagnies de la place, ce stage a pour but de préparer au spectacle titré « La Ratatouille »  à présenter le 03 novembre au public de Lomé au Centre culturel allemand de Lomé qui célèbre cette année son cinquantenaire d’existence dans notre pays. Pour les organisateurs, l’intérêt de ce stage est de faire découvrir aux danseurs l’originalité des danses africaines, togolaises notamment, à nos amis de la France, et aux danseurs togolais la danse contemporaine occidentale…

Dans ce sens, Christine, stagiaire française, nous a confié que ce stage est une opportunité qu’elle a saisie pour découvrir plus profondément la danse togolaise qu’elle a déjà découvert à Grenoble en France pour avoir déjà travaillé avec des danseurs africains dont le chorégraphe Kigan Ayigah qui, selon elle, représente valablement son pays.  » J’ai déjà fait la danse folklorique mexicaine, du rock-acrobatique, du modern-jazz, et j’ai découvert, il y a 11 ans, la danse africaine (danse mandingue, zaouli, etc.), et c’est là que je m’éclate le mieux « , a-t-elle continué.

Après quelques expériences en Guinée, au Sénégal et au Mali, Chantal Dimier de Toulouse, a déclaré avoir beaucoup de choses à recevoir de se stage à travers les échanges, la pratique et les techniques de la danse togolaise.

 » J’apprends beaucoup avec la Compagnie Woenyo à travers la danse traditionnelle et la danse afro-contemporaine, pratiquées en salle comme à la plage « , a confirmé Stéphanie Molyoussef.

Quant au président de la Compagnie Woenyo, ce stage de renforcement de niveau permet aux stagiaires en provenance de la France d’approfondir leurs connaissances en danse africaine et en même temps découvrir le Togo. La Compagnie Woenyo va participer très bientôt à la première édition Festival international de partenariat à Bamako au Mali dans la première quinzaine de décembre 2011.

 » Nous avons comme perspective, d’arriver toujours à diffuser nos spectacles et permettre aux membres de la compagnie et à tous les danseurs qui participent à nos formations et stages de bénéficier du fruit de leurs efforts « , a confié Dieudonné Ahiadzipe. Ce dernier a remercié les partenaires de la Compagnie Woenyo parmi lesquels le Goethe Institut, et prié les autres promoteurs culturels de les soutenir dans leurs actions et projets afin de pouvoir élever le niveau de la danse au Togo et aider les jeunes passionnés de cet art.

La Compagnie Woenyo a été créé en octobre 2003 et compte à son actif un grand nombre de créations. La première création  » La quête noire  » en 2003 traite de l’esclavage et du travail forcé en Afrique et qui parle aussi de la réconciliation et de l’entraide en Afrique pour pouvoir relever les défis du continent. Cette création a fait l’objet d’une tournée nationale et de plusieurs tournées internationales en Allemagne, au Danemark en 2008 dans plus de huit villes. La dernière création dénommée  » Rien n’est sûr  » qui traite des indépendances des pays africains à l’heure du cinquantenaire, et dont plusieurs spectacles ont été donnés au Togo, notamment dans les centres culturels de la capitale. La compagnie compte aujourd’hui une quinzaine d’artistes dont deux chorégraphes – Kikan Ayigah, Désiré Ayigah -, des danseurs professionnels, sans oublier les stagiaires et élèves  danseurs.

                                                                          Charles Ayetan

2 réflexions sur “« La Ratatouille », un spectacle de danse attendu ce soir à Lomé avec la Compagnie Woenyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s