Togo : Les écueils de notre démocratie

                                             In « Mes réflexions »

Le problème du Togo, c’est l’alternance politique. Il suffit d’observer la scène politique nationale depuis près d’un quart de siècle pour s’en rendre compte. Toutes les revendications politiques portent sur ce sujet qui semble être le soubassement  de l’action politique au Togo depuis la dernière décennie du 20ème siècle jusqu’à ce jour.Togo

D’aucuns affirment que c’est plutôt un problème de personnes ou encore de familles. Ce qui n’est pas faux. Mais ce serait une erreur grave de croire que le problème de la « Terre de nos Aïeux » soit réduit à une question de personnes ou de familles. Dans ce sens, il faut observer que les personnes généralement citées qui sont membres des familles Olympio et Gnassingbé sont indéniablement liées à l’histoire politique de notre pays. Le problème du Togo, c’est donc au moins la politique. La politique politicienne. C’est ce qui ruine ce pays et freine son essor, son développement. Or, politique et développement ne sont ni antinomiques ni ennemis. Au contraire, la politique devrait impulser et soutenir le développement d’un pays.

La difficile alternance poltique au Togo

L’alternance politique, c’est l’alternance de personne ou de parti politique au sommet de l’Etat. C’est ce qui explique l’engouement au Togo des partis politiques de l’opposition et du parti au pouvoir quand il s’agit des élections, fussent-elles présidentielles, législatives ou locales. Mais la classe politique semble oublier que la vie d’un pays ne se limite pas aux questions électorales. Cette course effrénée au pouvoir, au cours de laquelle les candidats ne veulent ni voir ni entendre, est la cause des malheurs d’un peuple que l’on veut diriger au lieu de s’engager à le servir.

L’impératif d’une formation citoyenne

La formation citoyenne des populations reste un enjeu de premier rang pour la classe politique togolaise. L’éveil politique, le contrôle de la gouvernance du pays par les politiques et la société civile, est un élément clef pour atteindre la maturité politique et assurer à un pays les bases d’un réel développement sur tous les plans. Le Togo en 2013, c’est au moins 6.191.155 habitants suivant les chiffres officiels. Mais sur ces six millions de personnes, combien comprennent le langage politicien ? Ils sont hélas très peu. Et près de six millions n’y comprennent grand-chose. Alors, constatons l’état de notre démocratie. Et si on se rasseyait pour repartir sur des bases plus solides ? Qu’on le veuille ou non, il urge de s’asseoir pour redéfinir les fondements de la démocratie togolaise. C’est la seule urgence de 2013, du moins la première.

Charles Ayetan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s