Liberté de presse menacée au Togo : Une grêle mondiale de protestations contre une loi anticonstitutionnelle

Evénement sans précédent. Au Togo. Une grêle mondiale de protestations contre une loi anticonstitutionnelle tombe de partout sur les autorités togolaises. Elles fusent de partout, de tous les coins de la planète, les déclarations de protestation, de contestations qui demandent à ce qu’il soit mis fin au projet de loi en étude ce 19 février 2013 pour adoption par l’Assemblée Nationale.

 

La présence policière pour empêcher tout passage

La présence policière pour empêcher tout passage

L’alerte a été donnée par six (06) organisations de presse togolaises invitent le gouvernement à retirer le projet de modification de la loi organique N°2009-029 portant modification de la loi organique N°2004-021 du 15 décembre 2004 relative à la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC). Cet appel est lancé dans une déclaration desdites organisation de presse publiée le 15 février 2013 à Lomé. Dans cette déclaration, les six organisations unanimement convient les journalistes « à un sit-in silencieux et pacifique devant le Palais des Congrès, siège du Parlement togolais le mardi 19 février 2013 dès 8h GMT pour exprimer leur désapprobation ».

Cette manifestation pacifique, citoyenne, à savoir un « sit-in silencieux et pacifique devant le Palais des Congrès, siège du Parlement » a été empêchée par une forte présence des forces de l’ordre et de sécurité qui ont bouclé les alentours du siège du parlement togolais à Lomé. Cette opération de force pour empêcher la manifestation, n’a pas pu empêcher la présence des journalistes et autres défenseurs de droits de l’homme sur les lieux.

Mais ce qu’il faut relever, c’est la grande mobilisation de la presse togolaise, fortement soutenue par les organisations de presse et professionnels des médias du Togo et du monde. Des déclarations continuent de parvenir aux rédactions des différents organes de médias, de même que sur les tables des autorités du pays, renforcées par des lettres, entre autres celles de Reporters Sans Frontière adressée au Premier Ministre du Togo, Kwési Séléagodji Ahoomey-Zunu.

Les Organisations de presse relèvent l’inconstitutionnalité dudit projet de loi du gouvernement en violation de la Constitution togolaise en son article 26 alinéa 3 qui stipule : « La presse ne peut être assujettie à l’autorisation préalable, au cautionnement, à la censure ou à d’autres entraves. L’interdiction de diffusion de toute publication ne peut être prononcée qu’en vertu d’une décision de justice ».

                                                                  Charles Ayetan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s