Cannes (France) : « Le Passé » remporte le Prix du Jury œcuménique 2013

Le Jury œcuménique du Festival de Cannes (france) 2013 a décerné ce samedi 25 mai 2013 son prix au film :

LE PASSÉ de Asghar Farhadi
(Compétition Officielle)

Comment assumer sa responsabilité pour les erreurs du passé ? Sous forme de thriller, le réalisateur montre la vie d’une famille recomposée, où les secrets de chacun et la complexité des relations se dénouent peu à peu. Un film dense, profond et attachant qui illustre bien ce verset : « La vérité vous rendra libres » (Jean 8:32).

"Le Passé" remporte le Prix du Jury oecuménique (Photo Daniel Béguin)

« Le Passé » remporte le Prix du Jury oecuménique (Photo Daniel Béguin)

Le Jury œcuménique a également décerné deux Mentions spéciales aux films : Lire la suite

Séoul : Marche internationale des jeunes pour la paix dans le monde

Un événement inédit a eu lieu dans l’après-midi du samedi 25 mai 2013 dans les environs du parc olympique de Séoul en Corée du Sud. Pour cause, plus de 27000 jeunes en provenance de 50 pays de tous les coins du monde ont marché pour que la paix mondiale tant souhaitée devienne enfin une réalité. A l’issue de cette marche pacifique, une déclaration a été lue qui appelle les jeunes, les chefs d’Etat et les médias à œuvrer pour la paix dans le monde.

DSC_4011_web

La marche internationale de la jeunesse a rassemblé des leaders et représentants de plus de 100 organisations dans plus de 50 pays qui ont répondu au rendez-vous de l’Organisation internationale de la jeunesse pour la paix mondiale (International Youth Organization of World Peace). Lire la suite

Le film « Grigris » de Mahamat-Saleh Haroun pour exorciser le handicap

A travers son long métrage Grigris en lice pour la Palme d’or au 66ème Festival de Cannes, le réalisateur tchadien Mahamat-Saleh Haroun (Tchad) lance un « message d’espoir », un message fort capable d’exorciser le handicap. Il répond ici à trouis question du Secrétariat du Groupe des Etats ACP.

Votre précédent long métrage Un Homme qui crie, prix du Jury du Festival de Cannes en 2010, avait bénéficié d’un financement du Programme ACPFilms. Votre nouveau film, Grigris, est bénéficiaire du Programme ACPCultures+. Que vous apporte ce soutien au long cours du Secrétariat ACP et de l’Union européenne ?

Mahamat-Saleh Haroun : Le soutien du Programme ACP est d’une importance capitale : il me permet d’établir ou de renforcer mon partenariat avec d’autres sociétés de production. C’est le début d’une coopération Sud-Sud. De plus, cet appui est structurant parce qu’il m’oblige à former des stagiaires dans un pays où il n’existe pas de formation pour le cinéma. Grâce à cette aide, qui a renforcé nos liens avec le Burkina Faso, des jeunes Tchadiens ont pu se faire embaucher et se sont rendus sur des tournages au Burkina. C’est une formation sur le tas, la meilleure à mon sens : on se forme en pratiquant.

Le réalisateur Mahamat-Saleh Haroun, sur le tournage de son filmGrigris © Pili Films, photo : Frank Verdier

Le réalisateur Mahamat-Saleh Haroun, sur le tournage de son filmGrigris © Pili Films, photo : Frank Verdier

Le personnage principal de « Grigris » est un jeune paralytique qui se rêve danseur. Quels messages souhaitez-vous transmettre à travers ce film ?

M.-S. Haroun : Un message d’espoir. Que rien n’est perdu quand on croit en soi… Que le handicap ne doit pas être un frein pour  tenter des choses, mais un moteur pour ne pas se retrouver exclu, à la marge. Le handicap ne doit pas nous empêcher de nous accomplir…

Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui, alors que votre film est le seul film africain à être en sélection officielle au Festival de Cannes cette année?

M.-S. Haroun : Je suis très serein. Je crois que nous avons essayé de faire ce qu’on a pu. Je suis triste d’être le seul film africain présent à Cannes mais cette situation est sans doute liée aussi à la réalité du cinéma africain : peu de productions, donc au final, peu d’élus. Mais je crois que l’appui du dispositif ACP permet d’espérer…

 

Première mondiale : mercredi 22 mai 2013, Palais des Festivals, Cannes. 

Sortie en France : 28 août 2013

Plus d’information :

www.pilifilms.fr / www.acpculturesplus.eu / www.facebook.com/acpculturesplus.eu

Djagblé (Togo) : Une partie de FOOTBALL-CHAUSSURE/FOOTBALL-SHOES

(Djagblé/Togo) A l’école. A la merci d’une récréation, ce garçonnet avec un camarade profite pour faire une partie de football ou mieux de « football-chaussure ». Vous avez compris, il est des occasions où l’une des chaussures que l’on porte devient une balle de foot. Au gré de l’imagination. Vive le Togo. Vive l’Afrique !

Foot-chaussure_ingenieux

S’il vous plaît, voudriez-vous faire avec moi, une partie de football-chaussure ? Contactez-moi au +228 90 27 58 25 / carlosaye@yahoo.fr

Charles Ayetan

Togo : La Synchronie réclame les résultats des enquêtes sur les agressions de journalistes

L’année 2013 comme la précédente est « très tumultueuse » pour les professionnels de médias au Togo, constate dans un mémorandum en date du 30 avril 2013, la Synchronie des professionnels des médias qui regroupe sept organisations de presse togolaises (SYNJIT – SAINTJOP – RAJOSEP – SOS JED – JDHO – OMDG – MEDIACTION).

Sept (07) organisations de presse ici représentées (Archives)

Sept (07) organisations de presse ici représentées (Archives)

Cette Synchronie qui vient de saisir les Ministres de la Sécurité et de la protection civile de même que le Garde des Sceaux, ministre de la justice déclare que les multiples agressions dont ont été victimes en 2012 les professionnels des médias de la part des forces de sécurité ont repris se sont intensifiées au cours de cette année 2013 avec de surcroit « des menaces et intimidations à l’encontre de journalistes jugés critiques vis-à-vis du pouvoir en place ».

La plupart de ces agressions, faut-il le rappeler, se sont produites sur les lieux de reportage bien que les journalistes se soient identifiés comme des professionnels de médias.

C’est face à ces constats que la Synchronie des professionnels des médias « exige, dans les plus brefs délais, la publication des résultats des enquêtes dites ouvertes sur ces cas d’agressions et des sanctions exemplaires contre les auteurs de ces actes ».

Par ailleurs, la Synchronie des professionnels des médias « dénonce le silence complice des autorités togolaises face à l’agression des journalistes et se réserve le droit d’entreprendre des actions en cas d’indifférence des pouvoirs publics », conclut ledit mémorandum.

Voici en format pdf, le fichier complet du Memorandum de la Synchronie des professionnels des medias sur les agressions des journalistes au Togo 2012 2013

Charles Ayetan