FESDOB 2013 : Le nigérien Sani Magori remporte le Prix de l’intégration sous régionale

M. Ali Damba (à gauche), directeur du CNCN, recevant le prix de l'intégration sous régionale des mains du préfet de Blitta, M. Batossa Boukari

M. Ali Damba (à gauche), directeur du CNCN, recevant le prix de l’intégration sous régionale des mains du préfet de Blitta, M. Batossa Boukari

Le réalisateur nigérien Sani Elhadj Magori du Niger a remporté le Prix de l’intégration sous régionale au 3ème Festival de Film Documentaire de Blitta (FESDOB), Togo, pour son long métrage Koukan Kourcia ou le Cri de la Tourterelle (62’). Ce prix est composé d’un trophée et d’un montant de 500 000 fcfa. Quatre autres films ont été primés par le jury international du FESDOB 2013 présidé par Mme Adjikè Sanni-Assouma du Togo qui a dévoilé le Palmarès au cours de la soirée de clôture le 21 décembre dernier.

Le Cri de la Tourterelle traite de la migration. Ce film est un hymne au retour d’exil d’une génération de nigériens partis en République de Côte d’Ivoire à partir des années 1970 encouragés les chants de la très populaire cantatrice Zabaya Hussey, la même qui aujourd’hui, grâce au réalisateur Magori, appelle ses compatriotes au retour au bercail.

Le Prix du meilleur film documentaire long métrage  d’un montant de 400 000 fcfa et un certificat est décerné au film The Cut (43’) de la réalisatrice Beryl Magoko (Ouganda/Kenya) qui traite des mutilations génitales féminines.

D’un autre côté, le réalisateur français film Remi Briand est lauréat du  Prix du meilleur film documentaire court métrage (300 000 fcfa + un certificat) pour son film Entre les ondes (26’) qui porte sur le traitement de l’information « sans parti pris » par Radio Okapi pendant le conflit en République Démocratique du Congo (RDC).

Le Prix de l’espoir du film documentaire court métrage (200 000 fcfa + un certificat) est attribué au film Toungouma, divination à travers la mère et la terre (13’) du réalisateur nigérien Moumouni Mahamane Bakabe Abdoul, tandis que le Prix d’encouragement pour le film documentaire togolais (100 000 fcfa + un certificat) est allé au film Tradithérapie : thérapie ou pas ? (12’59).

Au total, 24 films courts et longs métrages étaient en compétition et 20 films hors compétition, soit un total de 44 films en provenance de 16 pays d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique. Le palmarès a été rendu public lors de la soirée de clôture du Festival de film documentaire de Blitta par la présidente du jury, Mme Adjikè Sanni-Assouma (Togo) et M. Idrissa Garba Touré (Niger), rapporteur. C’était en présence de M. Kodjo Adoukpoh, directeur national de la cinématographie, représentant Madame la ministre de la communication, de la culture, des arts et de la formation civique, de M. Ali Damba, directeur du CNCN (Centre national de la cinématographie du Niger), chef de la délégation du Niger représentant le ministre nigérien de la culture.

A la suite des directeurs de la cinématographie du Niger et Togo, le préfet de Blitta, M. Batossa Boukari, a félicité les organisateurs du FEDOB et remercié la délégation nigérienne ainsi que le président de la République du Niger, Son Excellence Issoufou Mahamadou, qui a appuyé le FESDOB par une enveloppe financière d’un million de francs cfa et un trophée dénommé « Trophée de l’intégration sous régionale » en vue de la constitution des prix du festival.

Le délégué général du FESDOB, M. Essohanam Koutom, et le président de l’Association Terre des Arts et de la Culture (ATAC), M. Mbanana Awesso, ont remercié tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette troisième édition du FESDOB, notamment le gouvernement togolais, le ministère togolais de la communication, de la culture, des arts et de la formation civique, le ministère nigérien de la culture ainsi que le président de la République du Niger.

A l’ouverture officielle du FESDOB le 17 décembre, Mme Koméalo Anaté, ministre de la communication, de la culture, des arts et de la formation civique s’était réjouie « du saut important que vient d’effectuer ce festival en se positionnant sur le plan international à partir de sa 3ème année d’expérience ». Cette 3ème édition du FESDOB a connu la participation de professionnels du cinéma du Togo et d’ailleurs, notamment une délégation du Niger conduite par le directeur général du Centre National de la Cinématographie du Niger, M. Ali Damba.

A noter que dans le cadre de cette édition, plus de 20 jeunes togolais ont été formés à la réalisation de film documentaire grâce à l’appui financier du Service de Coopération et d’action Culturelle (SCAC)  de l’Ambassade de France au Togo. Les participants du présent atelier de formation ont réalisé un film documentaire court métrage sur la ville de Blitta.

Charles Ayetan (Togo)

E-mail : carlosaye@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s