« A Corps et à Cris », un spectacle pluridisciplinaire qui valorise le patrimoine immatériel togolais

spectacle_a_corps_et_a_cris

Une séquence du spectacle « à corps et à cris », à Lomé – DR

Le public de Lomé a été tenu en haleine par un spectacle baptisé « A Corps et à Cris », un spectacle pluridisciplinaire et original présenté le jeudi 26 avril dernier au Goethe-Institut de Lomé. A travers contes, musique, danses, son et lumière, cette œuvre dépeint des faits divers, notamment la traite des hommes hier et aujourd’hui, dont sont victimes les peuples d’Afrique et d’ailleurs.

« A Corps et à Cris » est un spectacle pluri-artistique et pluri-thématique qui « propose un travail de mémoire sur les différents types d’esclavages modernes voilés ou silencieux qui empêchent l’éclosion d’une société éprise de justice sociale et de libertés ». De contes recréés à partir de contes traditionnels nourris de la sagesse africaine aux contes modernes tirés de faits divers ou de l’actualité, les acteurs de ce spectacle ont tenu en haleine, le public de Lomé. Un spectacle salué par une longue acclamation,  à l’issue de la présentation.

A base de textes écrits et mis en scène par le dramaturge et comédien Edem Modjro, « A Corps et à Cris » offre un bouquet d’histoires contées en solo, duo ou trio, etc., par des artistes de diverses spécialités, mais dans un concert dénotant une remarquable unité plurielle.

Spectacle_A corps et a cri_2

« A corps et à cris », un spectacle pluri-artistique et pluri-thématique – DR

Au cœur de cette prestation, l’histoire de Faouzia, un drame conté à plusieurs dans lequel s’invite la danse pour matérialiser la mélancolie du personnage principal qui danse ses peurs et ses doutes, face à son destin dans un monde fait d’inconnus et d’hostilités au gré d’intérêts individuels.

Sur une chorégraphie proposée par Estelle Foli, également comédienne, ce spectacle a narré également un drame d’esclaves victimes de la folie d’un négrier devenu fou à force d’horreurs fomentés, orchestrés, en violation des droits naturels inscrits en tout homme.

Cette présentation est un spectacle de recherche, une démarche artistique dans laquelle s’engage l’auteur en vue d’explorer de « nouvelles formes d’expressions artistiques ». Paroles, musique (guitare, trompette, castagnettes), bruitage, lumière, danse, etc., sont mis au service de l’art du conte, et en même temps de tous les arts imbriqués. Un spectacle qui valorise la richesse du patrimoine immatériel togolais.

La présentation a bénéficié du talent de l’artiste musicien-conteur Eustache K’Mouna, et du trompettiste Mak Dev, ainsi que d’une régie son et lumière assurée par Petit Daniel Duevi-Tsibiaku.

Charles Ayetan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s