Cannes 2018 : Nadine Labaki remporte le prix du Jury œcuménique avec « Capharnaüm »

Nadine_LabakiLa réalisatrice libanaise Nadine Labaki est lauréate du prix du Jury œcuménique 2018 au Festival de Cannes. Son long métrage Capharnaüm (2h03, Liban) en compétition officielle au Festival de Cannes (France) 2018, a séduit ledit Jury.

Tout au long de la Compétition, ce sont les femmes et les enfants, les migrants et les parias, qui ont démontré par leur persévérance et leur ingéniosité, leur amour et leur courage, toute la force de l’esprit humain.

Zain, un garçon de 12 ans, attaque ses parents en justice pour lui avoir donné la vie. À travers l’histoire de Zain, la réalisatrice expose sans concession l’enfance maltraitée et propose un voyage initiatique empreint d’altruisme.  Le film Capharnaüm est une véritable plaidoirie en faveur de l’enfance maltraitée. Lire la suite

Publicités

« A Corps et à Cris », un spectacle pluridisciplinaire qui valorise le patrimoine immatériel togolais

spectacle_a_corps_et_a_cris

Une séquence du spectacle « à corps et à cris », à Lomé – DR

Le public de Lomé a été tenu en haleine par un spectacle baptisé « A Corps et à Cris », un spectacle pluridisciplinaire et original présenté le jeudi 26 avril dernier au Goethe-Institut de Lomé. A travers contes, musique, danses, son et lumière, cette œuvre dépeint des faits divers, notamment la traite des hommes hier et aujourd’hui, dont sont victimes les peuples d’Afrique et d’ailleurs.

« A Corps et à Cris » est un spectacle pluri-artistique et pluri-thématique qui « propose un travail de mémoire sur les différents types d’esclavages modernes voilés ou silencieux qui empêchent l’éclosion d’une société éprise de justice sociale et de libertés ». De contes recréés à partir de contes traditionnels nourris de la sagesse africaine aux contes modernes tirés de faits divers ou de l’actualité, les acteurs de ce spectacle ont tenu en haleine, le public de Lomé. Un spectacle salué par une longue acclamation,  à l’issue de la présentation. Lire la suite

André Chauvin, un serviteur de l’Afrique

andre_chauvin_smsPrêtre missionnaire français, André Chauvin (1932-2017) a rendu de louables services au continent africain, notamment au Togo, au Bénin et en Centrafrique. Conseiller dimensionnel, il a passé sa vie à éduquer et former les jeunes, puis à les guider sur les plans humain, social et spirituel, à ressourcer les prêtres, les religieux, les religieuses. Décédé le 6 septembre 2017 à l’âge de 84 ans, Père André Chauvin est inhumé à Agodeke au Togo.

Membre de la Société des Missions Africaines (SMA), le Père André Chauvin a passé 50 années de mission dans plusieurs pays d’Afrique dont le Togo. Né le 18 octobre 1932 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), diocèse de Rennes, André Chauvin fait ses études secondaires de 1942 à 1947 au collège de Saint-Malo où son papa, enseignait les mathématiques. A la fin de la troisième, sa santé l’oblige à interrompre ses études. Il fait alors du professionnel et obtient un CAP de menuiserie (1948-1949). Après cela, il rentre au petit séminaire de Chateaugiron en seconde où il a poursuivi ses études. Lire la suite

Le Jury œcuménique au Festival de Cannes 2017 prime Naomi Kawase

Hikari_filmLe Jury œcuménique au 70e Festival de Cannes 2017 a attribué samedi 27 mai 2017 son Prix au film Hikari (Vers la lumière), de Naomi Kawase, qui était en compétition officielle.

Une jeune femme, Misako, rend les films accessibles aux aveugles grâce à l’audio description. Ce film de grande qualité artistique nous invite par sa poésie à regarder et écouter plus attentivement le monde qui nous entoure. Il nous encourage au dialogue et à l’accueil de l’autre.
Hikari nous parle de responsabilité, de résilience, d’espoir, de la possibilité, même pour ceux qui sont dans l’obscurité, d’apercevoir la lumière. Lire la suite

Cannes 2016 : Le Jury œcuménique prime Xavier Dolan pour Juste la fin du monde

 

affiche-film-juste-fin-mondeLe Jury œcuménique 2016 du Festival de Cannes a attribué ce soir son Prix au film Juste la fin du monde de Xavier Dolan, Canada/France, en compétition officielle. « Ce qui ne peut être prononcé, commente le Jury, peut s’entendre à travers le visage, que filme Xavier Dolan de façon transcendantale. Dans les non-dits, les clameurs et les regards se loge l’histoire d’une famille où l’on tait l’amour que l’on se porte, où l’on crie pour ne pas révéler l’essentiel. Par son retour, Louis, le fils prodigue venu annoncer sa disparition prochaine, choisit d’insuffler l’amour et l’espoir à ses proches. »

Outre ce prix, le Jury a attribué deux Mentions spéciales aux films.

La première mention spéciale est décernée au film American Honey, de Andrea Arnold, Royaume-Uni (compétition officielle). Un road-movie qui donne un regard d’amour à une jeunesse invisible, une équipe de vendeurs itinérants qui voyagent de ville en ville. Il montre leur force intérieure et leur dignité et s’offre comme une radiographie de la société. C’est un triple cheminement : celui d’un groupe se confrontant à la richesse et à la pauvreté et celui des protagonistes, Star et Jake, qui n’ont pas perdu leur capacité à rêver et de se transformer.

L’autre mention spéciale est allée au film Moi, Daniel Blake de Ken Loach, Royaume-Uni (compétition officielle). Soutenu par la grande qualité artistique du réalisateur, ce film évoque un homme au terme de sa vie qui fait fi de sa souffrance pour se mettre au service d’une famille frappée par l’exclusion et la misère. Comme un Bon Samaritain, il lui apporte en plus cette attention et cette affection autant nécessaire à un être humain que des besoins matériels.

Le Jury Œcuménique 2016 au Festival de Cannes est composé de : Cindy Mollaret (France), Présidente ; Gabriella Lettini (Etats-Unis) ; Karin Achtelstetter (Canada) ; Teresa Tunay (Philippines) ; Ernest Kouacou (Côte d’Ivoire) ; Nicole Vercueil (France).

Source : Jury Œcuménique

Théâtre : « Ectoplasme faible » de Samuel Wilsi, interprétée par Akofa Kougbénou

Akofa Ami Kougbenou

Akofa Ami Kougbenou

Un drame physique et psychologique qui interpelle à la réflexion sur la condition féminine et la condition humaine en général. Cette pièce qui est à sa quinzième représentation ne souffre pas d’avoir déjà voyagé à travers le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo d’où elle est née sous l’inspiration et la plume de Samuel Akpénè Wilsi et l’incarnation d’Akofa Kougbénou qui l’écrit à son tour de son corps hautement sublimé.

En effet, pendant plus d’une heure, exactement soixante-douze minutes, l’interprète a roulé et déroulé l’histoire de la petite Agnès à la femme qu’elle est devenue : meurtrie, blessée, délaissée, stigmatisée… « Je n’étais que douleur », se plaint-elle avant d’hurler et d’hurler encore et encore « je suis une femme. Je suis une femme, moi ». Oui ! Femme, elle le revendique tout au long de l’histoire.

Ils sont nombreux ces candidats au plaisir qui avaient chacun son ciel aux dires d’Agnès : Jeannot, Christian, Yao, Koffi, Gontran, etc. Lire la suite

Légitimation des unions homosexuelles en occident : promotion des droits de l’homme ou déclin d’une brillante civilisation ?

L’actualité internationale reste marquée par le débat autour de la légitimation du « mariage pour tous » ou des unions homosexuelles en occident. Ce débat soulève beaucoup d’interrogations et de divergences d’opinions  basées sur les droits de l’homme, la dignité humaine, l’éthique, les cultures, etc.Dans cet contexte, je vous propose l’article ci-après est écrit par Me  Kodjo Kotcholé Joseph Donu, Magistrat à la Chambre judiciaire de la Cour Suprême du Togo à la retraite, membre de la Communauté chrétienne catholique Corpus Christi de Cacavelli, relevant de la paroisse Notre Dame Sous la Croix d’Agbalépédogan (SVD), Lomé. Publié dans les colonnes du journal Présence Chrétienne (mensuel catholique d’information du Togo), dans les numéros 225, 226, 227 et 228 (respectivement des mois de février, mars, avril et mai 2015), cet article qui est publié comme un « libre opinion » traite dudit sujet sur les plans humains, religieux et juridiques entre autres.

En voici l’intégralité.

Loi française N°2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe

LA LÉGITIMATION DES UNIONS HOMOSEXUELLES EN OCCIDENT TRADUIT-ELLE LA PROMOTION DES DROITS DE L’HOMME OU PLUTÔT LE DÉCLIN D’UNE BRILLANTE CIVILISATION ?

Préambule

Le mariage dit des homosexuels fait couler beaucoup d’encre en ce moment. Mais, qu’est-ce que le mariage ? Le Code Civil français, bien que l’ayant organisé, ne définit pas le mariage. Au sens de l’article 144 de ce code, « L’homme et la femme ne peuvent contracter le mariage avant dix-huit ans révolus ». Il ressort de cette disposition que le mariage suppose absolument l’union de deux personnes de sexe différent. Selon le lexique des termes juridiques, « le mariage est l’union légitime de l’homme et de la femme résultant d’une déclaration reçue en forme solennelle par l’officier d’état civil, lequel a reçu auparavant le consentement des futurs époux, en vue de la création d’une famille et d’une aide mutuelle dans la traversée de l’existence ». Lire la suite

Lomé/Togo : Appel à candidature pour une formation en critique cinématographique

APPEL A CANDIDATURE POUR UNE FORMATION EN CRITIQUE CINÉMATOGRAPHIQUE
 
Le Comité d’Organisation du Festival international très court/Lomé lance un appel à candidature à l’attention des journalistes (radio, tv, presse écrite, web) pour la participation à l’atelier de formation en critique cinématographique qu’elle organise du 06 au 08 juin 2015.BanniereFB_TresCOURT
Cet atelier de formation est ouvert aux journalistes désireux d’acquérir des connaissances pratiques en techniques de lecture de l’image et du son en vue de pratiquer la critique de film.
Les candidatures sont ouvertes du 15 au 31 mai 2015.
Les personnes intéressées sont priées de télécharger ici la fiche d’inscription de l’atelier, de la remplir et de l’envoyer par courriel (mail) à : lome@trescourt.com.

Lire la suite

Cannes 2015 : Le Jury œcuménique prime le film « Mia Madre » de Nanni Moretti

Film Mia Madre, de Nanni Moretti

Film Mia Madre, de Nanni Moretti

Le Jury œcuménique au Festival de Cannes 2015 a attribué ce 23 mai son Prix au film « Mia Madre » de Nanni Moretti (Italie) en compétition officielle. Selon ledit jury, ce prix est attribué au réalisateur italien « pour sa maitrise et son exploration fine et élégante, imprégnée d’humour, de thèmes essentiels dont les différents deuils auxquels la vie nous confronte ».

Deux mentions spéciales ont également été décernées aux films : « La Loi du marché » de Stéphane Brizé (France) également en compétition officielle « pour sa critique prophétique du monde du travail et sa réflexion incisive sur notre complicité implicite à des logiques marchandes inhumaines » et « Taklub » de Brillante Mendoza (France) de la catégorie Un Certain Regard pour « pour son portrait sensible d’individus et de communautés aux Philippines luttant pour continuer à vivre malgré les catastrophes naturelles les exposant à la souffrance et à la mort ». Lire la suite

Cinéma : Lomé accueille le Festival international très court

FESTIVAL INTERNATIONAL TRÈS COURT/LOMÉ

Communiqué de presse

BanniereFB_TresCOURTL’Association pour la Promotion de la Culture au Cinéma en Afrique (APCC.54) accueille pour la première fois au Togo le Festival international très court qui se tiendra du 06 au 08 juin 2015 à Lomé. Au plan mondial, le Festival international très court qui est à sa 17ème édition se tiendra du 5 au 14 juin prochain dans plus de 100 villes des cinq (05) continents.

Au Togo, les projections de films et les ateliers du festival auront lieu au Goethe Institut de Lomé.

Pourquoi le Très court à Lomé ?

Dans son souci majeur de donner un souffle nouveau au cinéma national, l’APCC.54 opte pour le format de film très court et souhaite le développer à une échelle nationale. Lire la suite